Meilleurs-Crypto.fr

Corée du Sud : les développeurs de Terra n’ont plus le droit de quitter le territoire

Les développeurs de Terra forcés de rester en Corée du Sud

Pour rappel, la Corée du Sud est particulièrement associée à Terra, tout d’abord parce que Do Kwon, le PDG et fondateur de Terraform Labs, est lui-même Coréen. Par ailleurs, une enquête récente des autorités fiscales locales a conclu que la société est bel et bien coréenne, même si elle est officiellement enregistrée à Singapour.

Le résultat de cela, c’est que Terraform Labs et ses associés sont particulièrement scrutés par les autorités coréennes, qui semblent vouloir faire de l’affaire Terra un exemple. Les régulateurs avaient déjà lancé en mai dernier une inspection d’urgence des plateformes locales. Et les déboires juridiques s’enchaînant pour Do Kwon et ses collaborateurs, il semble que ces derniers soient désormais visés.

C’est en tout cas ce que rapporte le média local JBTC. Il explique que la brigade d’investigation des crimes financiers de Corée du Sud a placé une interdiction de sortie de territoire sur les anciens employés et développeurs ayant participé à l’élaboration de la blockchain Terra. Ceux-ci sont donc de facto forcés de rester en Corée pour une durée indéterminée.

👉 Retrouvez notre dossier pour tout comprendre de l’affaire Terra/LUNA

Une décision discrète de la part des autorités

La nouvelle a été directement confirmée par le développeur Daniel Hong, qui a expliqué sur Twitter que tous les anciens employés de Terraform Labs étaient concernés :

Selon Hong, les concernés n’ont pas été directement notifiés de cette décision. Et pour cause, les personnes en charge de l’enquête auraient volontairement évité de prévenir les concernés, afin que ceux-ci ne soient pas tentés de détruire des preuves ou quitter le pays avant qu’on leur demande de témoigner.

Hong a fait part de sa colère sur Twitter, estimant que lui et ses collègues étaient traités comme des « criminels potentiels ». Il a par ailleurs estimé que cela pourrait avoir l’effet inverse de celui souhaité, avec des anciens acteurs de Terra qui refuseraient désormais de collaborer.

👉 Sur le même sujet – Terra : 90 millions de dollars se sont fait subtiliser sur Mirror, et cela est passé inaperçu pendant 7 mois

L’affaire Terra continue de secouer le monde des cryptomonnaies

L’affaire Terra a créé un séisme le mois dernier, qui s’est transmis à des secteurs très larges des cryptomonnaies, contribuant aussi à la chute considérable des cours à laquelle on assiste ces dernières semaines. Les réactions telles que celle des autorités coréennes montrent en tout cas que les régulateurs souhaitent créer un précédent avec Terra.

En fin de semaine dernière, on apprenait qu’un recours collectif en justice avait été déposé à l’encontre de Do Kwon, aux États-Unis. Plus largement, des régulateurs ont érigé l’UST de Terra en exemple de la dangerosité des stablecoins… Sans différencier les stablecoins algorithmiques des autres.

Ce sont donc assurément des temps remuants pour les cryptomonnaies, et la finance décentralisée (DeFi) en particulier. On peut prédire assez aisément que cela déclenchera des régulations encore plus strictes pour le secteur.

👉 Sur le même sujet – L’USDD de Tron (TRX) désormais sur-collatéralisé afin d’éviter un scénario à la Terra (LUNA)

Sources : JBTC, Daniel Hong

A propos de l’auteur : Marine Debelloir

twitter-soothsayerdatatwitter-soothsayerdata

Rédactrice en chef adjointe sur Cryptoast, je suis tombée dans la marmite des cryptomonnaies il y a quelques années. Je suis passionnée par les technologies novatrices qui découlent de la blockchain et j’aime dénicher les infos les plus croustillantes pour les partager avec vous.
Tous les articles de Marine Debelloir.

Promo