Meilleurs-Crypto.fr

Un rapport de la FTC démontre que les arnaques aux cryptomonnaies ont le vent en poupe

Plus d’un milliard de dollars d’arnaque en cryptomonnaies depuis 2021 selon la FTC

Selon la Federal Trade Commission (FTC) des États-Unis, l’équivalent de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) française, les arnaques aux cryptomonnaies sont en hausse constante.

Le rapport, publié vendredi, dévoile que depuis le début de l’année 2021, plus d’un milliard de dollars ont été déclarés volés suite à une escroquerie relative aux cryptomonnaies. Sur la seule année 2021, ce sont 680 millions de dollars qui ont été volés, contre seulement 130 millions en 2020, soit cinq fois plus.

Et cette tendance ne semble pas partie pour s’essouffler, au contraire : rien que sur le premier trimestre de l’année 2022, quasiment 330 millions de dollars ont déjà été perdus suite à des pratiques frauduleuses en rapport avec les cryptomonnaies, soit déjà plus du double de l’année 2020, ou dix fois plus que sur l’année 2019.

Ce montant faramineux de 1 milliard de dollars ne concerne pourtant « que » 46 000 personnes. Autrement dit, une personne victime d’une escroquerie de cet acabit perd environ 2 600 dollars en moyenne.

En tête des cryptomonnaies les plus utilisées pour ce type d’escroquerie, nous retrouvons le Bitcoin, largement en tête puisque présent dans 70 % des cas. Ensuite, nous trouvons l’USDT de Tether avec 10 % des cas et l’Ether (ETH) avec 9 %.

Les réseaux sociaux largement utilisés comme vecteur

Selon les données du rapport de la FTC, les arnaques aux cryptomonnaies représenteraient presque la moitié des escroqueries ayant débuté sur un réseau social, bien loin devant les autres méthodes de paiement.

En première cause, nous retrouvons les arnaques promettant de gros retours sur investissement aux internautes. Une histoire qui a malheureusement tendance à se répéter, les personnes malveillantes profitant de l’expérience limitée d’une partie importante des utilisateurs de réseaux sociaux, qui ignorent la plupart du temps comment fonctionnent réellement les cryptomonnaies.

Évidemment, lorsqu’un internaute est invité à envoyer de l’argent depuis un site lui promettant monts et merveilles, il y a d’infimes possibilités qu’il finisse réellement par recevoir le pactole. Ces « investissements » finissent, dans une très large majorité des cas, dans le portefeuille de l’escroc.

Selon les plaintes déposées par les personnes ayant subi ces préjudices financiers, Instagram serait largement en tête des plateformes les plus utilisées pour propager ces arnaques, avec 32 % des cas reportés à elle toute seule. Se trouvent ensuite, dans l’ordre, Facebook (26 %), WhatsApp (9 %) puis Telegram (7 %).

Ici, il est intéressant de remarquer que Twitter n’apparaît pas dans les premiers canaux de communication, alors que les bots et arnaques relatifs aux cryptomonnaies y pullulent.

👉 À lire : 7 bonnes pratiques pour protéger son portefeuille de cryptomonnaies d’un hack

Les sites de rencontre et les usurpations d’identité également présents

Selon la FTC, les arnaqueurs se servent également des sites de rencontre comme vecteur pour trouver leurs victimes. Après avoir séduit une personne sur une plateforme proposant des rencontres en ligne, l’escroc se présente comme un expert en cryptomonnaies, promettant de pouvoir rendre sa cible très riche… si cette dernière lui envoie son argent.

Les pertes relatives à ce type d’abus de confiance représentent en moyenne 10 000 dollars, soit quasiment 4 fois plus que la moyenne globale. Ce type d’escroquerie a, selon les estimations de la FTC, fait perdre 185 millions de dollars aux personnes concernées depuis le début de l’année 2021.

Se trouvent ensuite les fausses publicités ou les usurpations d’identité, aussi bien d’entreprises que de personnalités, voire parfois de banques. Certaines victimes ont même déclaré qu’on leur avait indiqué que leur compte avait été bloqué suite à une enquête portant sur un trafic de drogue, et qu’ils devaient provisoirement déplacer leur argent vers un compte en cryptomonnaies.

« Ces escroqueries peuvent commencer par un message concernant un achat non autorisé sur Amazon, ou par une fenêtre pop-up sous type d’alarme qui ressemble à une alerte de sécurité de Microsoft. À partir de là, les gens doivent comprendre que la fraude est importante et que leur argent est en danger. »

Notons enfin que les personnes de 20 à 49 ans sont surreprésentées, puisque 3 fois plus présentes dans ce type d’arnaques que le groupe d’âge supérieur. À ce titre, 35 % des arnaques déclarées concernant les cryptomonnaies sont subies par des trentenaires.

Les montants dérobés sont toutefois croissants avec l’âge. Les septuagénaires, par exemple, se font arnaquer des montants bien plus importants que les autres tranches d’âge, lesquels peuvent parfois monter jusqu’à plus de 11 000 dollars.

👉 Sur le même sujet : Le serveur Discord du Bored Ape Yacht Club (BAYC) hacké, 32 NFTs se font subtiliser

Source : Federal Trade Commission (FTC)

Newsletter 🍞

Recevez un récapitulatif de l’actualité crypto chaque dimanche 👌 Et c’est tout.

A propos de l’auteur : Maximilien Prué

twitter-soothsayerdata

Passionné par le monde de la finance décentralisée et les nouveautés apportées par le Web 3.0, je rédige des articles pour Cryptoast afin d’aider à rendre la blockchain plus accessible à tous. Persuadé que les cryptomonnaies vont changer le futur très prochainement.
Tous les articles de Maximilien Prué.

Promo